Les obligations assimilables du Trésor ou OAT constituent la forme unique du financement à moyen et à long termes de l’État français. Des supports d’investissement qui influent sur les taux pratiqués sur les marchés financiers. Explications.

Une OAT, c’est quoi ?

Les OAT sont des titres émis par un État pour une durée pouvant aller jusqu’à 50 ans. En France, elles représentent l’essentiel de la dette publique de long terme.

Précision :
en pratique, les OAT sont émises par voie d’adjudication. Cela signifie que l’émetteur de ces titres procède à une sorte de vente aux enchères. Ainsi, les offres des adjudicateurs dont les prix sont les plus élevés sont servies en premier. Celles de niveau inférieur le sont ensuite, jusqu’à hauteur du montant souhaité par l’État. Il existe une autre technique d’émission : la syndication. Dans ce cadre, un engagement précis est conclu, entre les acheteurs et l’émetteur, pour acquérir des titres à un prix défini.

Et à l’instar des obligations classiques, ces titres de créances ouvrent droit, chaque année, au versement d’intérêts et au remboursement du capital à l’échéance de l’emprunt. Le taux de l’OAT à 10 ans sert de référence pour la plupart des taux fixes à long terme. Il détermine notamment le taux auquel empruntent les banques sur le marché interbancaire. Par ricochet, ce taux influe sur le coût de l’argent en matière de crédits immobiliers. Le taux de l’OAT 10 ans a également une influence sur le rendement des fonds en euros des assurances-vie. Ces derniers étant composés à 80 % d’obligations.

Comment investir ?

Le plus souvent, les obligations assimilables du Trésor sont acquises par des institutionnels, par des compagnies d’assurance ou par des OPCVM dans le cadre de la gestion collective. Comme tout titre ou valeur mobilière, les OAT sont cessibles en bourse, à tout moment, au prix du marché. Ce marché des OAT est accessible à tous, y compris aux particuliers. Ces derniers ont la possibilité d’acquérir des obligations assimilables du Trésor lors de leur émission ou sur un marché dit secondaire où la réglementation boursière trouve à s’appliquer. Étant précisé que les ordres d’achat peuvent être passés de manière traditionnelle auprès des intermédiaires financiers ou via les courtiers en ligne. Ces OAT ne peuvent être acquises que par le biais d’un compte-titres ordinaire.

Lexique :
Le marché interbancaire est un marché réservé aux banques. Elles s’échangent entre elles des actifs financiers de court terme, entre un jour et un an. Il s’agit d’un marché de gré à gré, ce qui signifie que les banques négocient librement entre elles. Les OPCVM permettent à plusieurs investisseurs de détenir en commun un portefeuille de valeurs mobilières dont la gestion est confiée à un professionnel. Un marché secondaire peut être considéré comme le marché de l’occasion. Ce marché permet d’échanger des titres déjà émis et ayant fait l’objet d’une première cotation.

Haut de page Article du - © Copyright Les Echos Publishing - 2020